Jean-Christophe Bouquier, mécanicien

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Jean Christophe Bouquier, j’ai 52 ans, je suis marié et j’ai deux grands enfants. J’aime le sport en général, avec l’âge de plus en plus le vélo et j’essaye aussi de jouer de la musique.

Quel a été votre parcours ?

Mon parcours est un peu atypique dans le sens où l’école n’était pas vraiment faite pour moi. J’ai commencé avec une pratique de CAP fraiseur et un BEP mécanicien monteur et j’ai également obtenu une formation complémentaire en outilleur mouliste. Après quelques années dans le secteur privé j’ai pris des cours du soir qui m’ont permis d’obtenir un certificat de fin d’étude de niveau bac. Parallèlement, je suis entré comme adjoint technique en fabrication mécanique à l’ENSAM Bordeaux. En janvier 1999, suite à un concours externe de technicien prototypiste, je suis arrivé au LAB. En 2005, j’ai fait une VAP (validation d‘acquis professionnels) ce qui m’a permis de m’inscrire en licence professionnelle « Gestion de projets innovant ». Licence que j’ai obtenue en octobre 2006.

Quelle est votre fonction ici au LAB et depuis quand ?

Depuis septembre 2009 je suis responsable du service mécanique du LAB. Mon rôle en tant que mécanicien est surtout axé sur la fabrication mécanique que ce soit en conventionnel ou sur machine à commandes numériques programmé en CFAO.

Quelles sont vos tâches ?

En tant que responsable de l’équipe mécanique je m’occupe de la gestion du service à la mise en place des nouvelles technologies afin de garantir l’évolution technique indispensable pour travailler sur des projets terrestres ou spatiaux de plus en plus exigeants.

Mon rôle en tant que mécanicien est surtout axé sur la fabrication mécanique que ce soit en conventionnel ou sur machine à commandes numériques programmées à l’aide des modules  CFAO 3 et 5 axes (Conception, Fabrication, Assistées, par Ordinateur). Ces dernières années, j’ai travaillé à la réalisation de pièces pour des ensembles opto-mécaniques pour les projets sol de l’ESO, tels que MUSE et MATISSE. Parallèlement j’ai aussi travaillé sur des projets Spatiaux de l’ESA comme Exomars Wisdom ou l’instrument SuperCam du projet Mars 2020.

Tous ces projets sont menés en collaboration avec notre équipe d’électronique ou avec d’autres laboratoires d’Astrophysique.

J’apprécie de faire le contrôle avec les instruments classiques ou avec notre machine à mesurer tridimensionnelle, et je peux faire un peu de CAO (conception assistée par Ordinateur) toujours avec le logiciel CATIA.

Parmi ces tâches qu’est ce que vous appréciez le plus ?

La mécanique dans son ensemble est très intéressante : de la conception au contrôle. Mais en ce qui me concerne, là où je suis le plus à l’aise, c’est en fabrication aussi bien en conventionnelle que sur machine numérique. Notre service étant une petite structure composée de 4 personnes elle nous oblige à une grande polyvalence et beaucoup d’adaptabilité ce qui constitue une vraie chance.

Exemples de réalisations