La maintenance d’ALMA

ALMA (Atacama Large Millimeter array) est un réseau d’antennes observant le ciel dans le domaine de longueur d’onde radio (de l’ordre du millimètre). Cet interféromètre, en fonction depuis 2013 sur le plateau de Chajnantor au nord du Chili, est issu d’une collaboration internationale entre différents pays d’Europe, les Etats-Unis, le Japon, le Canada, Taïwan, la Corée et le Chili.

Image d’ALMA téléchargée du compte Facebook @ALMA.Radiotelescope. ©ESO/C. Malin

Entre 1999 et 2012, l’équipe Électronique du LAB a développé, puis délivré une partie de l’électronique installée au cœur de chacune des 66 antennes du réseau (les modules de numérisation) et une partie du corrélateur (le banc de filtrage numérique). Au total ce sont 1500 cartes électroniques qui ont été produites et validées par le LAB avec le support de sous-traitant industriels, le plus souvent régionaux.

                                                            

A gauche, l’un des 300 modules de numérisation. 

A droite, l’une des 600 cartes de filtrage numérique.

Après la phase de construction de l’observatoire ALMA, le LAB s’est engagé par contrat auprès de l’ES pour assurer des services de maintenance et de correction de défaillances. En pratique, les éventuelles défaillances sont détectées sur le site d’observation ALMA (à 5000 mètres) soit par les outils de diagnostic de l’instrument soit par l’observation de motifs suspects dans les spectres générés par le corrélateur. Les éléments défaillants sont ensuite testés sur le site de support des opérations (à 3000 mètres) grâce à des bancs de tests dédiés. Si la défaillance est démontrée, les cartes électroniques incriminées sont renvoyées au LAB, car le site ALMA ne dispose pas des technologies nécessaires à certaines réparations et parce que l’analyse de défaillance requiert une connaissance détaillée de ces systèmes. Grâce aux bancs de tests (matériel, logiciels et interfaces graphiques) maintenus à Bordeaux, l’équipe Electronique réalise ensuite une analyse fine des défaillances et détermine quelles actions correctives doivent êtres entreprises.

Le LAB assure donc la maintenance d’une partie de l’électronique d’ALMA permettant d’assurer à cet observatoire une longue vie de découvertes scientifiques. L’équipe d’Électronique travaille également à la préparation de la future génération de cartes électroniques qui viendra remplacer la technologie actuelle datant maintenant de plus de 10 ans. Mais cela fera l’objet d’un prochain article sur notre blog.

                                                       

A gauche, le banc de test des modules de numérisation

A droite le banc de test des cartes de filtrage numérique

 

Article rédigé par Benjamin Quertier (équipe d’électronique)

 

Enregistrer